Programme Cétacés-cachalots


Pourquoi ?Les actions de Longitude 181En savoir plus

Pourquoi un programme d’étude des cachalots ?

Longitude 181 développe trois programmes d’étude, d’information et de préservation : « Grands requins de Méditerranée », « Raies mantas et raies mobulas», et « Cachalots de l’océan Indien ».

 Pourquoi donc requins, raie manta et cachalot ?

  • Ces espèces dont la maturité sexuelle est tardive et la fécondité très faible sont parmi les plus fragiles. Elles disparaissent les premières lorsque l’écosystème est perturbé ou exploité au profit des espèces dont la maturité sexuelle est précoce et la fécondité est forte (par exemple les méduses).
  • Ces espèces qui ont toutes une durée de vie longue (au-delà de 50 ans) sont des indicateurs très simples de l’état de santé des écosystèmes. La présence de grands individus âgés signe indiscutablement le bon état de santé de l’écosystème. En revanche leur absence traduit presque certainement une forte perturbation. Si les proies manquent ou si le rythme d’exploitation est trop fort, ces animaux n’ont pas le temps de vieillir et les grands individus âgés ne sont plus remplacés. Il faut que l’ensemble de l’écosystème soit « stable» et riche pour que les grands animaux puissent vieillir en paix.
  • Tout ce que nous pourrons mettre en œuvre pour permettre à ces espèces de vieillir en paix favorisera la préservation de l’ensemble des écosystèmes dont ces espèces dépendent.

 Pourquoi les cachalots ?

La préservation des raies et requins favorisera les écosystèmes de surface, celle des cachalots imposera la préservation des populations de calmars des profondeurs dont ils se nourrissent. Et en conséquence limitera dans le futur une exploitation irraisonnée des écosystèmes profonds.

Le retour du cachalot est un magnifique symbole du succès des mesures de protection prises il y a 30 ans, par le moratoire sur la chasse aux cétacés en 1980. Le renouveau actuel des populations de cachalots démontre que, si l’on veut, on peut changer le court des choses et que cela ne coûte rien ! Il suffit d’arrêter d’agresser la vie sauvage pour offrir à nos enfants une mer plus riche que celle que nous connaissons aujourd’hui.

Une nouvelle alliance est possible

Nous sommes à un tournant historique de nos relations avec les cachalots. Autrefois ces grands cétacés fuyaient les bateaux. La génération actuelle n’a pas connu la chasse, pas plus que la précédente qui ne lui a donc pas enseigné la peur des hommes. Aujourd’hui nous pouvons étudier les cachalots, chez eux sous l’eau, car ils nous accueillent parmi eux si nous les approchons avec respect.

Une nouvelle alliance est possible qui démontre que l’état naturel sauvage n’est pas la fuite ou l’agression mais que le côtoiement entre les espèces est naturellement paisible, et que cette « paix » nous enrichit et nous apaise, nous les hommes.

Ecouter  en Audio sur YOUTUBE  :

 

Les actions

Longitude 181 participe  au programme d’étude des cachalots de L’île Maurice ,  initié par  l’ONG M2CO  sous la houlette d’Hugues VITRY,  avec la collaboration  de René HEUZEY , LABEL BLEU  pour les images sous-marines, et par la présence et l’initiative de François SARANO  en la matière.

LONGITUDE 181  participe aux actions et aux observations conjointes  faites avec et grâce à M2CO et Label Bleu :

  • en intervenant dans la réalisation et la publication de fiches d’identification des cachalots , utilisés dans le cadre du programme d’étude et des  campagnes  réalisés chaque année avec des écovolontaires

extrait fiche

  • en participant directement aux campagnes par le biais d’écovolontaires  membres de Longitude 181

En 2016 , trois semaines d’écovolontariat ont eu lieu . En voici les les 3 rapports relatant ces missions :

C’est à cette occasion que Longitude 181 a reçu le soutien d’AUDREY TAUTOU, présente  parmi les écovolontaires de LONGITUDE 181 lors de la deuxième semaine de la campagne qui a permis  d’accumuler de nombreuses heures de vidéo qui feront partie de la banque de données qui sera utilisée pour préciser les diverses études.

Les écovolontaires L181 - Mars 2016

Véronique  SRANO, François SARANO, Audrey TAUTOU, , daniel KRUPKA , Axelle PIERSON de LONGITUDE 181  lors de la 2ème semaine de campagne de MARS 2016 .

Les années 2015/2016 ont été consacrées à :

  • Réalisation de la matrice de relations sociales.
    • Matrice des relations sociales de une unité permettant de faire émerger les couples qui suggèrent une filiation (Delphine/Tache Blanche ; Irène Gueule Tordue/Arthur ; Adélie/Elio ; Lucy/Roméo ; Emy/Zoé ; Issa/Miss Tautou). Une analyse génétique devra permettre de confirmer ces couples filiaux et de réaliser l’arbre généalogique.
    • Mise en évidence d’autres couples tels : Joue Blanche/ Agatha et Vanessa/Delphine dont il faut vérifier la parenté par étude génétique.
  •  Identification des individus réalisation de la matrice de relations sociales.
    • Réalisation de 52 cartes d’identité complète + 8 cartes en cours (fichier joint)
    • Mise en évidence de la répartition des ces cachalots en au moins 5 unités sociales
  • Mise en évidence d’une communication sonore spécifique « dialectale » propre aux cachalots de Maurice qui doit être précisée (codas à 8 et 9 clics).
  •  Démonstration de l’importance sociale des nounous : allaitement d’un jeune cachalot par 2 femelles adultes différentes (Miss Tautou allaitée par Issa et Germine)

Les années 2017/2018 seront consacrées à :

  •       La poursuite de la réalisation des cartes d’identité, du dénombrement de la population et de la répartition en unité sociale
  •      Réalisation de l’arbre généalogique par analyse génétique
  •      L’analyse de la communication sonore :
    • Vérification de la spécificité dialectale (codas à 8 et 9 clics) comparaison avec dialecte de populations d’autre région du monde : Caraïbes, Acores, Méditerranée, Galapagos, Japon. (possibilité de publication internationale)
    • Analyse des codas et correspondance avec des comportements particuliers ;
      • Exemple codas : Vanessa et Delphine et dialogue de codas 8 clics (2+6) en échos
         
      • Exemple codas de 7 clics suivis d’une volée de clics très serrés et codas 8 clics

        • Analyse des creaks/buzz de surface pour différentiation avec creak /buzz d’écholocation au cours de chasse  en profondeur:
        • Analyse des codas individuels pour vérifier l’hypothèse de la caractérisation mâles/femelles et personnelles.
        • Calcul de l’inter-pulse des clics de chaque individus pour caractérisation individuelle et calcule de la taille
        • Etude comparative du dialecte des cachalots de l’île Maurice avec celui des grands cachalots mâles des archipels Crozet, Kerguelen, Heard, Macdonald pour vérifier l’hypothèse des relations origines et reproduction (Dr. Paul Tixier et laboratoire de Chizé).
        • Etude éthologique
          • Comportements sociaux entre immatures et immatures/adultes
          • Jeux (possibilité de publication internationale avec les Pr. Dickel et Burghardt)
          • Evolution comportementale des jeunes mâles immatures et sortie du clan à maturité
          • Evolution du « langage » chez les jeunes : de la naissance à l’âge adulte ; comparaison avec mâles adultes
          • Evolution comportementales des jeunes femelles et apprentissage du langage
        • Croissance et évolution comportementale des individus immatures
          • Etablissement d’une courbe de croissance réelle, basée sur le suivi de 7 jeunes : 4 mâles, 3 femelles depuis leur naissance ! Vérification de l’équation de Growcott (taille = 1,258 x IPI + 5,736) et des équations de Mohl et Gordon.
        • Publication d’un livre sur les « Cachalots, comportements sociaux et communications », aux éditions ACTES SUD, automne 2017

         

         

         

Pour en savoir plus :

Ecouter  en Audio sur YOUTUBE  :

Share