Protection des requins : l’Espagne interdit la commercialisation du requin taupe


Interdire la commercialisation de la viande de requin peut contribuer à protéger les espèces de requin taupe et mako, c’est ce que l’Espagne propose cette année encore. Incitons la France à faire de même en demandant : “pas de requin dans mon assiette” !

marrajo

Source : Europa Azul

Depuis l’inscription du requin mako (requin taupe bleu, Isurus oxyrinchus) et du requin taupe commun (Lamna nasus) à l’annexe II de la CITES en 2019, l’Espagne interdit la commercialisation des carcasses de requin, y inclus de celles qui ont été légalement pêchées et sont dans les congélateurs. Cette mesure, décriée par certains pêcheurs et acteurs économiques, est pourtant de nature à encourager le rejet en mer des requins capturés accidentellement.

Requin mako et requin taupe : 2 espèces particulièrement menacées

requin-mako

requin mako

Cette année encore, les évaluations scientifiques sont alarmantes : les deux espèces sont surexploitées en Atlantique. Le mako est classé “en danger d’extinction” par l’IUCN. En Méditerranée, il est même “en danger critique” car ses populations ont chuté de 97% !!
Quant au requin taupe commun, il est considéré “en danger” par OSPAR en Atlantique nord, et le CIEM (Conseil International d’Exploitation de la Mer, ICES) considère le stock comme “épuisé”.

Victimes collatérales de la pêche au thon

Les deux espèces sont victimes de captures accessoires, notamment de la pêche thonnière, mais bénéficient d’un taux de survie élevé et pourraient donc souvent être relâchées, même blessées. La réglementation européenne requière la remise à l’eau immédiate des requins taupe capturés vivants. Encore faut-il que le requin soit libéré sans être remonté à bord, et manipulé avec précautions, pour maximiser ses chances de survie.

Interdire la vente de mako et de taupe : une première belle mesure en Espagne

Dessin de requin taupe

Requin taupe – © Marion Sarano

L’Espagne a choisi d’interdire la vente de viande de mako et de taupe, ce qui pourrait encourager leur remise à l’eau vivants. C’est un premier pas. Merci à l’Espagne d’avoir pris cette mesure. A quand une mesure similaire en France ?

Inciter à une pêche plus sélective serait bien mieux : changer les méthodes pour ne pas pêcher de requin, voilà la meilleure façon de les protéger. Plus complexe à mettre en place, mais la seule solution à long terme.

Pas de requin dans mon assiette : prenons les devants !

En attendant, nous, citoyens, pouvons infléchir les choses en refusant d’acheter du requin, en incitant les poissonniers et restaurateurs à ne plus en proposer, en demandant à votre restauration collective de ne plus en servir !  C’est la loi de l’offre et de la demande : si personne ne consomme plus de requins, les captures diminueront par nécessité.

Rejoignez la campagne “Pas de requins dans mon assiette !”

Source : https://europa-azul.es/prohibir-marrajo-captura/

Share