Actions pour l’ Eau douce


Pourquoi partager l'eauLes campagnes de protectionEn savoir plus...

  • Après la plongée :

  • Efforcez-vous d’économiser l’eau douce. C’est le bien le plus précieux

  • Demandez des installations qui évitent le gaspillage d’eau douce : bac de rinçage pour les équipements, douche à débit contrôlée.

  • Respectez les milieux d’eau douce par une plongée responsable : adoptez la charte suivante : charte de la plongée en eau douce   , créée par l’association RIED BLEU, partenaire de LONGITUDE 181


Plongeurs, baigneurs, navigateurs… ensemble, économisons l’eau douce. Exigeons des centres de plongée et des ports, des installations qui évitent le gaspillage.

Plongeurs, nous visitons parfois des régions du monde où l’eau est rare. Nous nous installons momentanément dans des centres de plongée et des hôtels, situés dans des pays où l’eau est très inégalement répartie. Le gaspillage de l’eau douce y est inadmissible car il a des conséquences dramatiques sur les populations riveraines. En effet, lorsque l’eau douce est rare, sa répartition se fait systématiquement en faveur de ceux dont le pouvoir d’achat est le plus fort et des structures touristiques aux dépens des citoyens les plus démunis.Du matériel de plongée rincé inutilement, une douche trop longue, un robinet laissé ouvert, c’est un champ qu’on irrigue mal, une mauvaise récolte, la faillite, l’émigration vers les bidonvilles…L’eau douce, un bien rare:

L’eau douce liquide ne représente que 1% de l’eau de notre planète. La glace d’eau douce et les neiges éternelles représentent 2% et l’eau salée 97 %. Une demande croissante, une disponibilité en régression !La planète comptait 2,5 milliards d’habitants en 1950 et 6,5 milliards en 2005. En 2025, 8 milliards d’humains devront se partager la même quantité d’eau qu’aujourd’hui. Dans vingt ans, la réserve mondiale disponible par habitant sera trois fois moins importante qu’en 1950.

  • Les réserves d’eau douces atteignaient 16 800 m³ / an / habitant en 1950.

  • Elles n’étaient plus que de 7 300 m³ en 2000.

  • Elles seront 4 800 m³ 2025.

En 2005, plus d’un milliard et demi de personnes vivent dans des pays en état de stress hydrique, c’est à dire où la ressource en eau est inférieure à 1 700 m³ / an / habitant.
Si rien est fait, ils seront 3 milliards d’individus en souffrance, en 2025.

Les pollutions diminuent la disponibilité d’eau saine.
Non seulement la quantité d’eau douce est limitée et définitivement limitée, mais les pollutions diminuent considérablement les sources d’eau douce saines.
Un m³ d’eau douce pollué rend inutilisables 8 à 10 m³.

34 000 personnes meurent chaque jour faute d’accès à une eau saine.

Une purification des eaux polluées et le dessalement de l’eau de mer sont possibles, mais ces deux traitements qui nécessitent une technologie avancée sont très coûteux, et ne sont pas accessibles aux plus pauvres. Ils sont aussi très gourmands en énergie.

Pour économiser l’eau

 

  • de nombreuses actions ont été entreprises par nos centres ambassadeurs pour préserver l’eau, notamment dans les endroits les plus exposés au manque de ressource . Citons :

  • Le Club SUBAQA à ST EUSTACHE, trophée 2014 des centres écoresponsables, qui récupère l’eau de pluie et a construit une citerne permettant  d’éviter l’utilisation d ‘eau potable pour les rinçages

  • Le Club ATLANTIS  à BALI, qui réutilise l’eau des bacs de rinçage pour le lavage des véhicules et l’arrosage ( trophée 2015 des centres écoresponsables)

  • DUNE EGYPTE , qui en collaboration avec LONGITUDE 181 , a mis à bord de ses bateaux de croisières des informations sur la préservation de l’eau à bord .

 

Pour  PLONGER en EAU DOUCE

 

Respectez les milieux d’eau douce par une plongée responsable : adoptez la charte suivante : charte de la plongée en eau douce   , créée par l’association RIED BLEU, partenaire de LONGITUDE 181

Share