Cachalots : l’arbre généalogique d’un clan de l’île Maurice révélé !


Le premier arbre généalogique d’un clan de cachalots de l’océan Indien vient d’être reconstitué. Il est le fruit de 5 ans d’observations sous-marines et d’analyses ADN des fragments de peau morte perdus par les cachalots du clan de Irène gueule tordue, au large de l’île Maurice. Réalisé grâce à une collaboration Longitude 181/ MMCO / Label bleu / MNHN-ISYEB*, cet arbre est un élément clé pour la compréhension de l’évolution de la population de cachalots. Il constitue le « point zéro », l’état des lieux de départ indispensable à l’élaboration d’une politique de protection. Nous sommes heureux de vous présenter ces résultats qui sont publiés, ce 10 février 2021, dans la revue scientifique Royal Society Open Science, grâce au travail de Jean-Luc Jung et Justine Girardet.

 

Le dortoir des cachalots - © Stéphane Granzotto

Le dortoir des cachalots – © Stéphane Granzotto

Depuis 2015, Longitude 181 suit les cachalots de l’île Maurice avec son programme “La voix des cachalots”. Avec ses partenaires MMCO / Label bleu / MNHN-ISYEB*, elle cherche à déterminer l’évolution de la population et suit tout particulièrement le clan de Irène gueule tordue.

Un catalogue de cartes d’identité sous-marines

carte d'identite de Emy, femelle adulte

Carte d’identité de Emy, femelle adulte

 

Pour étudier précisément les cachalots, il fallait d’abord les reconnaître ! La première étape a donc été d’établir le catalogue des cartes d’identité visuelles à partir de centaines d’heures de vidéos sous-marines. Il s’agissait de trouver les détails morphologiques qui permettent d’identifier à coup sûr chaque cachalot. Actuellement, le catalogue contient une centaine de cartes d’identité, dont celles du clan de Irène qui compte 17 femelles adultes et 11 jeunes.

 

242 jours d’observations sous-marines

Baptiste, bébé cachalot de 2 semaines

Le jeune baptiste, nouveau-né de 2 semaines © V et F Sarano

Pendant 5 ans (2015-2019), à raison d’une mission de 2 à 4 mois par an, nous avons observé et filmé le clan de Irène. Jour après jour, nous avons noté qui allait avec qui, quelle femelle s’occupait/allaitait quel jeune, nous avons suivi les naissances et noté les disparitions. Jour après jour, nous avons précisé les contours du clan de Irène et rassemblé toutes les informations sur l’évolution de sa structure sociale.

Une analyse génétique pour étayer les hypothèses

Récolte d'un échantillon de peau de cachalot

V. Sarano récolte un échantillon de peau de cachalot

Nous avons déduit des observations sous-marines quels étaient les couples mères/jeunes (Irène mère de Arthur et Lana, Lucie mère de Roméo et Daren, etc). Mais seule la génétique pouvait les confirmer. D’où l’idée de collecter des fragments de peau morte, que les cachalots perdent naturellement, pour éviter les biopsies par tir à l’arbalète. L’analyse ADN confirme nos hypothèses. Elle montre par exemple que Dos Calleux est la mère de Lucy et Mina, 2 femelles adultes, toutes deux mères, l’une de Roméo et Daren, l’autre de Ali. Nous comprenons mieux pourquoi. Dos Calleux s’occupe avec tant d’attention de Ali, son petit-fils qu’elle laisse téter goulument. Peu à peu, l’arbre généalogique prend forme.

L’arbre généalogique, le socle indispensable à la protection

3 jeunes cachalots jouent ensemble

3 jeunes cachalots (Tache Blanche, Eliot et Chesna) jouent en surface.

Cet arbre généalogique met en évidence les liens qui unissent les membres du clan. C’est un élément essentiel pour comprendre la dynamique de la population de cachalots. Nous l’avons remis aux autorités mauriciennes qui ont maintenant en main le « Point Zéro » indispensable pour comprendre l’évolution (croissance ou décroissance) du clan de Irène. Cet état des lieux d’un clan, qui est probablement représentatif de l’ensemble des populations de l’océan Indien, est nécessaire à l’élaboration d’une politique de protection.  

Retrouvez l’article intégral (en anglais) paru dans Royal Society Open Science : Kin relationships in cultural species of the marine realm: case study of a matrilineal social group of sperm whales off Mauritius Island, Indian Ocean

Le programme Cachalots continue !

Forts de cette première pierre, nous poursuivons le programme de plus belle ! Notre objectif : mieux comprendre les échanges entre populations au sein de l’océan Indien et les migrations des grands mâles entre l’océan Indien et l’océan sub-Antarctique. Et percer le secret de la communication des cachalots, toujours en étroite collaboration avec le laboratoire LIS/DYNI team de Toulon.

Bientôt, nous l’espérons, nous pourrons mieux évaluer les effets de l’arrêt de la chasse aux grands cétacés et préciser le taux de croissance de l’ensemble de la population de cachalots de la région.

Merci à tous les donateurs qui ont permis la réalisation de cette première étape !!!

Ensemble, poursuivons nos efforts, pour offrir à nos enfants un océan qui résonnera des clics, des clangs et des souffles de nos cousins à sang-chaud !

A bientôt pour d’autres articles, à découvrir au fil des prochaines newsletters…

Pour en savoir plus : livre le Retour de Moby dick, à commander dans la boutique Longitude 181

Les partenaires :

  • MMCO : Marine Megafauna Conservation Association, basée à l’île Maurice
  • Label bleu production, Marseille
  • MNHN/ ISYEB : Museum National d’Histoire Naturelle, CNRS, Laboratoire ISYEB, Université de Brest
Share