Requin mako : la France doit s’engager d’urgence pour sa protection


Longitude 181 et 7 autres ONG insistent pour que la Ministre de la mer engage la France pour la protection du requin mako, afin d’éviter sa dispararition dans l’Atlantique. La France doit voter pour l’interdiction de la pêche et de la rétention des requins mako à bord des bateaux. Mais elle doit aussi tout mettre en œuvre pour convaincre ses partenaires européens, Portugal et Espagne compris, d’adopter ces mesures de préservation. Il est urgent d’agir ! Avant la prochaine réunion de l’ICCAT qui gère les pêcheries de thons en Atlantique.

Voici le texte envoyé par Longitude 181 à la Ministre de la mer :

Lettre à Madame Annick Girardin, Ministre de la mer

Trop, c’est trop ! Le requin mako risque de disparaître de l’Atlantique nord si aucune mesure n’interdit sa pêche et sa détention. Scientifiques et associations de protection de l’environnement sonnent l’alarme depuis des années : il faut que la pêche, ciblée et accessoire, cesse maintenant pour espérer que l’espèce se rétablisse dans 25 à 30 ans de l’effroyable agression que la pêche lui a fait subir. Sinon ce sera la FIN !

Il y a urgence !

C’est maintenant, ou nous aurons à expliquer à nos enfants pourquoi nous avons volontairement effacé une espèce de la planète (avant le 15 octobre, la France doit donner sa position, c’est-à-dire avant la prochaine réunion de l’ICCAT qui gère les pêcheries de thon en Atlantique).

L’histoire est connue. En 2010 déjà, la France a eu le courage d’imposer à ses pêcheurs de ne plus capturer de requin taupe (Lamna nasus), un cousin du requin mako. Dix ans plus tard, le requin taupe n’est pas encore sauvé, mais, grâce à cette mesure, la catastrophe a été évitée.

Longitude 181 et 7 autres associations ont fermement demandé à la France de s’engager pour la protection du requin mako afin d’éviter que l’inéluctable ne se produise.

La France doit non seulement voter pour l’interdiction de la pêche et de la rétention des requins mako à bord des bateaux, mais elle doit tout mettre en œuvre pour convaincre ses partenaires européens, Portugal et Espagne, compris, d’adopter ces mesures de préservations.

Alors, nous pourrons regarder nos enfants dans les yeux.

François Sarano
fondateur de Longitude 181

Share