Pollution plastique : François SARANO fait le point sur ATLANTICO


François SARANO s’exprime sur la pollution plastique dans une interview donnée pour le site ATLANTICO, suite à une étude britannique qui révèle que l’océan Atlantique contient beaucoup plus de plastique que ce que l’on croyait. 

Le pouvoir de notre NON consommation de plastique est colossal !

“L’ensemble des animaux marins est touché, depuis les plus microscopiques jusqu’aux cachalots. Il n’y a donc qu’une solution : les pays qui sont en capacité de prendre des mesures rapidement doivent interdire les objets en plastique jetables. Il faut que chacun se pose la question : est-ce que j’utilise du jetable ? Est-ce que je privilégie le verre aux assiettes en plastique ? La décision est individuelle, il ne faut pas attendre des mesurettes de la part du gouvernement. Il faut que chacun d’entre nous, comme nous le demandons avec l’association Longitude 181 dans une campagne qui s’intitule “ici commence l’océan”, en prenne conscience. Il faut agir maintenant, chez soi, et aujourd’hui. Notre puissance de NON consommation est colossale.

Lien vers l’article:

https://www.atlantico.fr/rdv/3591887/une-etude-britannique-revele-que-l-ocean-atlantique-contient-beaucoup-plus-de-plastique-que-ce-qu-on-croyait-microplastique-dechets-pollution-environnement-action-mesures-gouvernement-francois-sarano

Un petit extrait pour la route  :

“Il suffit de ne pas acheter de pailles, de verres en plastique, de ne pas acheter de jetable. Les masques jetables sont une catastrophe, les gants aussi. Si l’on prend des mesures de précaution, faisons des masques non jetables. J’entends que nous allons distribuer des masques jetables à tout le monde, mais c’est à hurler. Qu’allons-nous faire de tout ça ? Nous les retrouvons partout, et en mer, ils sont partout. Nous n’avons aucune conscience que nous faisons partie de ce vivant, nous sommes court-termistes. Nous avons toujours la sensation d’être extérieurs à tout ça : ce n’est pas le cas.

Tout est lié. Ce que je fais actuellement, aura des conséquences demain. Et l’océan nous est crucial : nous utilisons chaque jour l’eau qui s’en est évaporée. “

Share