Programme cachalots : 2 premières publications scientifiques !


Les 2 premières publications scientifiques du programme Cachalots ont été présentées, début juin, au colloque International Workshop DCLDE de Paris. Longitude 181 est co-auteur, avec les laboratoires de bio-acoustique et étho-acoustique, de ces publications qui assoient, sur des bases scientifiques, les premiers résultats des missions d’observation réalisées sous l’égide de la MMCO.

Ces publications, basées sur les enregistrements sonores des cachalots de l’île Maurice, confirment l’utilisation d’un « langage » propre au clan que nous suivons, avec des séquences (ou codas) de 8 clics qui seraient une caractéristique culturelle du clan. Elles montrent, d’autre part, que l’on peut maintenant attribuer ces clics à chacun des individu dans un groupe filmé, ce qui est à la fois une grande première, et une étape fondamentale vers la détermination de “signatures sonores” individuelles, c’est-à-dire vers la reconnaissance vocale de chaque cachalot grâce à ses clics !

Ces résultats sont un grand pas en avant pour le suivi de l’évolution de la population de l’île Maurice  (augmentation ou diminution ?) et donc le suivi de son état de santé, but du programme Cachalots mené par Longitude 181, sous l’égide de l’association MMCO.

Longitude 181 au 8th International DCLDE Workshop

Du 4 au 8 juin, se déroulait à Paris l’International Workshop on Detection, Classification, Localization and Density Estimation of Marine Mammals using Passive Acoustics (DCLDE). Ce rendez-vous bi-annuel rassemble les chercheurs spécialisés en bio-acoustique qui s’intéressent aux mammifères marins.

Les équipes de Olivier Adam (Institut d’Alembert, Université de la Sorbonne) et de Hervé Glotin (Laboratoire des Sciences de l’Information et des Systèmes, Toulon) ont présenté des communications qui correspondent aux volets bio-acoustique et étho-acoustique du programme « Cachalots de l’île Maurice ».

Les 2 premières publications scientifiques

Longitude 181 a co-signé avec ses partenaires scientifiques les deux publications suivantes issues des observations qu’elle mène sur les cachalots de l’île Maurice, avec les associations MMCO et Un Océan de Vie.

Preliminary etho-acoustic study of sperm whales (Physeter macrocephalus) codas :

L’étude s’appuie sur les données inédites du prototype d’enregistreur ultra-haute définition Jason, couplées avec les vidéos réalisées par l’équipe. Elle apporte des éléments scientifiques qui étayent nos premières conclusions quant à l’existence d’une culture propre au clan d’Irène gueule tordue. Le clan utiliserait un « langage », basé sur des séries de 8 clics (ou codas), qui serait transmis au sein du clan que nous suivons depuis 2011. Ces expressions sonores sont principalement émises lors de relations socio-sexuelles entre les femelles adultes.

Sperm whales ultra high frequency near field multichannel analysis :

La publication montre que l’on est maintenant capable de déterminer lequel des cachalots s’exprime, dans les groupes de cachalots filmés et enregistrés que nous rencontrons. On peut donc associer un cachalot avec les clics qu’il émet. C’est une étape essentielle vers la caractérisation des clics de chaque cachalot, autrement dit vers l’établissement de « signatures individuelles » ou cartes d’identité sonores, tout comme nous avons fait les cartes d’identité visuelles des cachalots.

 

Rejoignez LONGITUDE 181, Porteur de la voix de L’Océan !

Share