Médiapart fait le point sur la gestion du risque requin sur l’Ile de La Réunion


Envoyé spécial de Médiapart sur l’Ile de La Réunion, Julien Sartre, publie ce lundi 24 Juillet, le résultat de ses investigations sur l’Ile.

Il a rencontré toutes les sensibilités concernées par cette “crise requins”. Il vous livre son travail sur https://www.mediapart.fr/journal/france/230717/face-aux-requins-la-reunion-en-eaux-troubles?onglet=full

Extraits :

Face aux requins, La Réunion en eaux troubles

Par

Depuis six ans, le littoral réunionnais a été le théâtre d’une vingtaine d’attaques de squales, dont neuf mortelles. Filets de protection à l’efficacité limitée, pêche d’espèces en danger, attributions de marchés dans des conditions douteuses : plus de 10 millions d’euros d’argent public ont été investis afin de réduire ce risque. Sans résultat probant et sans faire cesser les drames…

…Les requins-bouledogues sont payés par les pouvoirs publics au prix de 10 euros le kilo tandis que, toujours dans le cadre du programme Cap Requins, les requins-tigres sont achetés 4 euros le kilo. De quoi vendre une prise entre 2 000 et 4 000 euros. Une manne qui a perturbé les équilibres économiques dans le milieu de la pêche traditionnelle et suscité des irrégularités quant à l’utilisation d’argent public.
Un audit confidentiel, commandé par le Comité des pêches lui-même, a été mené autour du programme Cap Requins. Mediapart a pu consulter ce document, et ses conclusions sont bien proches de l’abus de bien social. « Le programme expérimental “Cap Requins”, bien qu’il s’inscrive dans une démarche d’intérêt général, ne saurait être considéré comme une mission de service public. Les prélèvements de requins ne sont pas au nombre des missions de service public des comités régionaux dé fi nies par l’article L 912-3 du code rural » , relèvent les auditeurs. Pourtant, par le biais de simples subventions et conventions de partenariat, plus de 1,2 million d’euros ont été payés au Comité des pêches au nom de ce programme. Et il monte encore en puissance. Cet été 2017, la troisième phase du programme est sur le point de commencer, elle devrait intensifier encore l’effort de pêche et donc voir sa dotation augmenter…

Share