Nous présentons nos condoléances, et nous nous associons à l’immense tristesse de la famille de Talon.

Après son tragique accident, la préfecture a enclenché la procédure post attaque pour une durée initiale de 72 heures. Cette pêche, qui s’assimile à une opération aveugle de représailles, vient d’être reconduite pour une nouvelle durée de 72 heures.

Pour justifier cette reconduction, les pêcheurs et la préfecture nous disent « il y a des requins partout, on a jamais vu ça ».

Il est fait état d’une présence hors norme de tigres et de bouledogues mélangés. Cette situation interpelle les scientifiques habitués depuis quatre ans à ce que les tigres soient essentiellement au large et à ce que ces deux espèces ne cohabitent pas.

La baie d’Etang Salé serait envahie de requins déchaînés. On parle d’hameçons tordus, de bateau attaqués.

Que s’est-il donc passé?

Le premier requin n’a été pris qu’au bout d’un jour et demi de pêche post-attaque.
Il y avait donc très peu de requins sur zone au début de la pêche.

Mais quatre bateaux ont appâté à tout va…

On a installé des drums lines, donc des appâts odorants, dans toute la baie d’Etang Salé et les requins ont commencé à s’approcher, se mélangeant entre espèces .

Les premiers requins pris et les prises accessoires ce sont débattus, attirant d’autres requins. La prolongation de la pêche post-attaque n’a fait qu’entretenir cette frénésie alimentaire pour arriver à une situation qu’on nous présente comme ‘incontrôlable’.

Le Comité des Pêches qui a joué les apprentis sorciers vient de faire l’éclatante démonstration du danger, pour les surfeurs et baigneurs, de la présence d’appâts et de drum lines près des plages fréquentées.

Nous attirerons une nouvelle fois l’attention de la préfecture et des mairies sur la mise en danger que constituerait la mise en place de ces engins de pêche devant les zones de baignade et de surf.

Pour le collectif des associations ASPAS, Fondation Brigitte Bardot, Longitude 181,
Requin Intégration, Sauvegarde des Requins, Vague, Sea Shepherd.

Dr Jean Bernard Galves

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez sur vos réseaux