Longitude 181 demande l’arrêt de CAP REQUINS – CP 30/08/2016


Communiqué de presse du 30 aout 2016

A la suite du nouvel accident avec un requin survenu le 27 août dernier sur l’île de la Réunion, l’association Longitude 181 diffuse la tribune  du Collectif des Associations* qui pose les vraies questions et porte un nouvel éclairage sur le programme Cap requins.

Un tragique accident vient, une fois de plus, de se produire dans la zone minuscule la plus intensément appâtée et pêchée au monde, où des dizaines et des dizaines de requins ont été systématiquement tués dans un prétendu programme de sécurisation.

Pour justifier de cette pêche, on nous donne sans cesse l’exemple de l’Afrique du Sud qui n’aurait pas d’accident grâce aux « drum lines » (lignes appâtées) et filets barrières, et on nous dit qu’il faut tuer et tuer encore du requin.

Qu’on nous explique alors comment le Kwazulu Natal Shark Board parviendrait à sécuriser 450 kms de côte en tuant moins de 10 requins bouledogues en moyenne par an, sur ces 450 Kms, et en relâchant systématiquement tout requin pris vivant, quelle que soit sa taille et son espèce, et en voulant à terme ne plus tuer du tout de requins ?

Pourtant, le Comité des Pêches de la Réunion soulignait la coopération avec cet organisme pour le programme « Cap requins », et le logo du Natal Shark Board a figuré sur de nombreux documents officiels de Cap requins.

Nous avons donc demandé la communication de documents relatifs à cette coopération avec le Natal Shark board. Malgré l’avis favorable de la Cada, ceux ci ne nous ont jamais été fournis. Et pour cause… le Natal Shark Board nous a confirmé que le préfet avait effectué une simple visite et qu’aucune coopération officielle n’avait été établie.

Monsieur Jeremy Cliff, l’expert du Kwazulu Natal Shark board, nous a écrit ne pas se souvenir d’un échange de données, bien que son nom apparaisse en justification dans les comptes rendus de Cap requins.

Cette prétendue caution du Natal Shark Board au programme du Comité des Pêches de la Réunion ne repose que sur une cynique mise en scène : la venue, tous frais payés, de Monsieur Jeremy Cliff à la Réunion, qui s’est contenté de réponses polies, et au conditionnel, à ses hôtes bienveillants

Cette manœuvre a trompé l’Etat, les collectivités, les Réunionnais, et contribué à la mise en place d’un programme dangereux.

Une telle manœuvre pourrait probablement trouver une qualification juridique, mais le plus grave est l’énorme augmentation du risque requin pour les surfers et baigneurs que fait courir ce programme insensé d’appâtage près des plages.

Là où le Kwazulu Natal utilise une simple ligne avec un seul hameçon appâté d’un petit poisson maigre qui n’est pas remplacé avant 48 h, qu’il ait été consommé ou pas, on a appâté à tout va, utilisé des palangres de fond de trois kms de long, porteuses chacune de 25 hameçons, chargés d’appâts gras de plus d’un kg. On n’a fait ainsi qu’attirer encore plus de requins dangereux vers les plages.

On a autorisé les pêcheurs à conserver les prises accessoires et appauvri ainsi encore plus le secteur des proies naturelles des requins.

On a convaincu les surfers que cette pêche insensée allait assurer leur sécurité : comment s’étonner de la transgression de l’interdit, après autant de pêches et la prise de “Fanny” ?

Après deux ans de pêche intensive et irresponsable sur une zone minuscule, au lieu de sécuriser, on a attiré tellement de requins qu’il suffit d’un trou dans un filet de protection pour qu’un accident dramatique se produise.

Il faut maintenant travailler sur des systèmes barrières efficaces, communiquer sur le danger de l’Océan, milieu naturel, respecter et faire respecter les interdits.

Et il faut immédiatement  arrêter cet appâtage insensé, criminel, mené sans contrôle ni caution, dont l’impact et la responsabilité dans les accidents doivent être évalués par une commission extérieure .

Il faut aussi comprendre comment un programme aussi dangereux et irresponsable a pu être mis en place et que les responsables éventuels s’en expliquent.

*Texte écrit pour le Collectif des associations :
Longitude 181, Sauvegarde des Requins, Sea Shepherd, Aspas , Vague, Tendua, Fondation Brigitte Bardot, Requin Intégration